HiHostels Blog

On my hostel’s rooftop, I want… beehives!

Bee-cause bee-ing like everybody else is booring: let’s put beehives on top of our hostels! Why would a jacuzzi be acceptable and beehives, not? Exactly.

We’re aware that, in the past two decades, honey bee populations have decreased, affected among other things by a mysterious thing called the Colony Collapse Disorder (CCD). Bearing in mind that bees are the small farm workers upon which various delicious fruits and vegetables depend, some hostels decided to give them a hand and actively be involved in a local solution to a global issue. Learn more about how Luxembourg City Youth Hostel, with their Pafendaller Hunneg (Luxembourgish for “Honey from Pfaffenthal”) project, and Stayokay Haarlem, with their BeeOkay project, involved their staff, local knowledge & professionals, and good will, to make a difference…

The following information was gathered through survey with the people in charge of the project. To be honest, we first wanted to write a descriptive article, but the answers we received were so well-expressed and felt that we couldn’t afford to lose a single word of it. So here they are, presented as expressed by the projects’ leaders.

Pafendaller Hunneg, in Luxembourgbeehive-lux-01

  • When and how did the project start?

The manager of the Luxembourg City youth hostel had come up with the idea and subsequently went on to search for a local bee keeper to help us with the project. The beehives were placed on our roof in early 2013 and a few months’ later we already had our first honey. It turned out to be much less effort than we had anticipated.

  • What was the initial aim?

The plan ranged from raising awareness to supporting biodiversity. As a bonus, we get free honey to use in the restaurant or sell in jars, the proceeds of which help us maintain the project. Truth be told: It’s not profitable, but we break even. We do something good for the environment and it doesn’t even cost us anything!

  • Who is involved in this project?

The beekeeper stops by for regular checks, maintenance, and eventually the harvest. Once the hostel gets the honey, its staff fills it into jars, labels them, sells them at the reception or passes them on to the restaurant. We rent the hives from the local beekeeper, and in return he gets part of the proceeds from honey we sell. It’s been working very well for both sides.

beehive-lux-04

  • How much honey are you able to produce with the hives?

In total the four hives produce roughly 80 kg (176 lbs) of honey per season.

  • What else than beehives can we find on your green roof?

For now we only have some wild flowers and the beehives, but we plan on expanding our green roof in the coming spring by adding an organic herb garden for our restaurant and more flowers for the bees.

  • What are the positive outcomes of this project?

Above all, we have been overwhelmed with the positive feedback. Our first batch of honey sold out within days, much of which went to curious neighbours who were excited to buy something locally produced. As the project has also appeared in various newspapers, we certainly managed to raise awareness and perhaps even encouraged others to pick up beekeeping.

  • Why do you think bees need protection?

Like all animals, bees form an essential part of our ecosystem and furthermore play an underestimated role in plant diversity and pollination.beehive-lux-03

  • Does the hostel have any other sustainability projects going on?

Plenty, and it’s something we are very proud of! All of Luxembourg’s HI Hostels are officially declared “Fair Trade Zones” and have been awarded the SuperDrecksKescht Label, a Luxembourg-based label dealing primarily with waste management. Furthermore, the youth hostel in Luxembourg City has received the golden “Eco-Label” badge for its exemplary sustainability efforts with regard to everything from recycling to energy saving. We also introduced Tuesday as veggie-day in order to demonstrate how easy it is to have a delicious, meat-free meal. In general, we feel the carbon footprint of meat is something that is not talked about enough.

  • Anything else you would like to share?

Yes: Don’t fear bees! When we started with the project, there were worries that the bees could potentially annoy our guests. But none of that ever happened. You would be surprised how little the bees care about humans even when standing right next to the hive. If it wasn’t for us promoting our own honey, guests wouldn’t even take note of the fact that we have a colony of bees living on our roof. It’s been over two years now and we haven’t received a single complaint. On the contrary.

BeeOkay, In the Netherlands

Compressed Beeokay

  • When and how did the project start?

The projects all started in 2012. Alongside the Hostel was a small pile of sand. The employees came up with the idea to make a Butterfly flower garden from the pile. We wanted to help the butterflies and bees which have a hard time surviving. We came in contact with Butterfly Foundation. Together we started to redesign the gardens to fit needs of the local butterflies and bees.  We also decided to contact the local beekeepers Association. They were willing to place a hive but they wanted a bee keeper present at all times.

  • What was the initial aim?

Stayokay aims to play a leading role in the field of accommodation and catering, but it also aims to contribute to society on an ongoing basis with full conviction. We try to make our guests aware of our surroundings.  Stayokay Haarlem wants to play an active role now and in the future.foto 2

  • Who is involved in this project?

The complete Stayokay Haarlem Staff and especially beekeepers Falco, Emiel, Ivan and  Lorenz,  Beekeepers Association Haarlem and the Dutch butterfly Foundation.

  • How did you get the hives? Did you build them? Did you buy them?

The beehives were carefully hand-crafted by a carpenter in retirement Gé, father of the hostel manager. The hives are chemical free and painted with bee friendly paint. He has manufactured 9 beehives. They all include a special designed anti-Varroa mite bottom, 2  incubation chambers, a honey chamber,  a cover plate, a special Queen grid, and lid to cover everything up.

  • Which hostel(s) participate in this project? Are you planning to involve more?

At this moment only Stayokay Haarlem has honey bees. Our future beekeeper Lorenz also works at Stayokay Vondelpark Amsterdam and, if possible, wants to place bees on the roof.

  • What are the positive outcomes of this project?

Our own Honey! The butterflies and bees played an important part in winning a local sustainability award called “Groene Mug” (“Green Mosquito”)   organised by the city of Haarlem. The award is intended to encourage sound sustainability initiatives.  Winning the award generated € 85.000 printed media value only in just one month. After winning the award we were invited to present Stayokay Haarlem and how runs its business in an environmentally friendly fashion in several sustainability events in Haarlem and Amsterdam.

  • Have you noticed a change in the surrounding flora since you started the project?

Yes we did. The species diversity in the gardens has increased almost tenfold.

  • How much honey are you able to produce with the hives?

Luxembourg compressedThat depends on the quantity of flowers and temperature and differs every year. Last year the yield was about 30 kilograms per hive. 2015 was a very poor year with only 8 kilograms per hive. In the park behind the hostel, the Beekeepers Association Haarlem has 10-20 hives especially for the beekeeper course. The surplus honey is sold at Stayokay Haarlem.

  • Does the hostel have any other sustainability projects going on?

We place a high priority on corporate social and durable responsibility. Stayokay Haarlem respects the environment and society. This is why Stayokay Haarlem runs its business in an environmentally friendly fashion. All waste is segregated, power is green, biogas, printed materials are recyclable, meat served is produced animal friendly, coffee is fair trade. More important: Stayokay Haarlem has achieved a reduction of 98% in cleaning chemicals. This means that about 250 gallon of heavy chemicals witch are not dumped into the sewer. Stayokay Haarlem uses special enzymes and algea for cleaning.

From the international community and small farm workers themselves (the bees!): a honey-sweet thank you!

Parce que faire comme tout le monde, c’est ennuyant: pourquoi pas installer des ruches d’abeilles sur le toit de nos auberges? Pouquoi un jacuzzi devrait avoir sa place, mais pas une ruche? Exactement.

Le réseau HI est conscient que, au cours des deux dernières décénnies, les populations d’abeilles ont radicalement chuté, affectées notamment par un mystérieux phénomène appelé le Syndrome d’Effondrement des Colonies d’Abeilles (ou CCD, soit le Colony Collapse Disorder). Gardant en tête que les abeilles sont les “petites ouvrières” sur lesquelles reposent la possibilité de cultiver nombreux de nos délicieux fruits et légumes, les équipes de certaines de nos auberges européennes ont décidé de mettre la main à la pâte et de fournir une solution locale à un problème global. Voyez comment Luxembourg City Youth Hostel, avec son projet Pafendaller Hunneg (Luxembourgeois pour “Miel de Pfaffenthal”) et Stayokay Haarlem, avec son projet BeeOkay, ont décidé d’investir leur personnel, le savoir local et beaucoup de bonne volonté afin de faire une différence et d’agir sur la protection des abeilles…

Les propos ont été recueillis lors d’une entrevue écrite avec certains des responsables des deux projets. Le but initial était d’écrire un article tiré de l’entrevue, mais, à vrai dire, les réponses reçues étaient si bien exprimées, avec passion et intégrité, que nous ne pouvions nous permettre d’en échapper un seul mot! Voici donc les détails des deux projets, tels que livrés directement par les personnes engagées dans leur réalisation (traduit de l’anglais).

Pafendaller Hunneg, au Luxembourgbeehive-lux-01

  • Quand et comment le projet a-t-il débuté?

Le gérant de l’auberge Luxembourg City youth hostel nous est arrivé avec l’idée et, immédiatement, les recherches ont été lancées pour contacter un apiculteur local qui pourrait nous aider avec le projet. Les ruches ont été placées sur notre toit au début de 2013 et, à peine quelques mois plus tard, nous récoltions déjà du miel. Le projet s’est avéré demander beaucoup moins d’effort que ce que nous avions anticipé.

  • Quel était l’objectif initial?

Ça allait de la sensibilisation jusqu’au support à la biodiversité. Comme bonus, nous allions récolter du miel gratuit qui serait utilisé dans notre restaurant ou encore vendu en pots, ce qui nous aiderait à financer l’entretien du projet. À vrai dire, nous ne tirons pas de profit des ruches, mais nous arrivons à un déficit zéro: nous faisons quelque chose de bien pour l’environnement, sans que ça ne nous coûte quoi que ce soit au final!

  • Qui est impliqué dans le projet?

L’apiculteur local effectue des contrôles fréquents, de l’entretien et, éventuellement, la récolte. Une fois que les ruches fournissent du miel, notre personnel le met dans des pots, étiquette ces derniers, puis les vend à la réception ou encore les dirige vers le restaurant. Nous louons les ruches à l’apiculteur local et, en retour, il reçoit une partie des recettes issues du miel. C’est très équitable pour les deux acteurs impliqués.

beehive-lux-04

  • Quelle quantité de miel produisez-vous?

Au total, les quatre ruches produisent environ 80 kg (176 lbs) de miel par saison.

  • Que peut-on aussi trouver sur le toit de l’auberge?

Pour l’instant, nous avons quelques fleurs sauvages et les ruches. Nous prévoyons développer le toit vert, au cours du printemps qui vient, en ajoutant un jardin de fines herbes organiques, destinées à notre restaurant, ainsi que quelques fleurs pour les abeilles.

  • Quelles sont les retombées positives du projet?

Par-dessus tout, nous avons été inondés de commentaires positifs. Notre premier lot de miel s’est vendu en quelques jours seulement, la plupart des pots ayant été achetés par les voisins, curieux et enthousiastes à l’idée de se procurer un produit local. Comme nous avons aussi bénéficié d’une couverture médiatique importante, nous avons certainement contribué à sensibiliser la population et peut-être même encouragé certains à se lancer dans l’apiculture.

  • Pourquoi croyez-vous que les abeilles ont besoin de protection?

Tout comme les animaux, les abeilles constituent une partie essentielle de notre écosystème. De plus, elles jouent un rôle sous-estimé dans la diversité de la flore et la pollinisation.beehive-lux-03

  • L’auberge a-t-elle d’autres projets de développement durable?

Plusieurs et c’est une fierté pour nous! Toutes les auberges HI du Luxembourg sont officiellement déclarées “Fair Trade Zones” (Zones de Commerce Équitable) et ont reçu le prix SuperDrecksKescht Label, un label luxembourgeois qui traite principalement de la gestion des matières résiduelles. De plus, l’auberge Luxembourg City a reçu le badge d’or “Eco-Label” pour ses efforts exemplaires en développement durable en lien avec de nombreux aspects, couvrant le recyclage jusqu’à la réduction de la consommation en électricité. Nous avons aussi introduit les mardis comme étant une journée végétarienne, afin de démontrer combien il peut être facile de déguster un délicieux repas sans viande. Nous considérons que l’empreinte écologique de la viande est un sujet qui n’est pas suffisamment abordé.

  • Quelque chose d’autre à partager?

Oui: N’ayez pas peur des abeilles! Quand nous avons débuté le projet, certains ont mentionné le risque que les abeilles pourraient déranger les voyageurs. Rien de tout cela n’est arrivé. Vous seriez surpris de savoir combien les abeilles sont indifférentes aux humains, même quand on se tient directement à côté de la ruche. Si nous n’étions pas là à faire la promotion de notre miel, les voyageurs ne seraient même pas au courant de la présence des abeilles sur notre toit. Après plus de deux ans d’opération, nous n’avons reçu aucune plainte à ce sujet, bien au contraire!

BeeOkay, aux Pays-Bas

Compressed Beeokay

  • Quand et comment le(s) projet(s) a-t-il(ont-ils) débuté?

Ils ont tous commencé en 2012. Près de l’auberge se trouvait un carré de sable. Les employés sont arrivés avec l’idée de créer un jardin à papillons à cet endroit. Nous voulions aider les papillons et les abeilles, qui éprouvent présentement de la difficulté à survivre. Nous avons contacté la Butterfly Foundation. Ensemble, nous avons donc travaillé à adapter le jardin aux besoins des papillons et abeilles. Nous avons aussi contacté l’Association locale des apiculteurs. Ils étaient prêts à placer une ruche à l’endroit que nous avions désigné et demandaient la présence d’un apiculteur en tout temps.

  • Quel était l’objectif initial?

Stayokay vise à jouer un rôle de leader dans l’hébergement et la restauration, mais aussi à contribuer au bien-être de la société de façon constante. Nous essayons de sensibiliser les clients à ce qui nous entoure. Stayokay Haarlem souhaite jouer un rôle actif maintenant et dans le futur.foto 2

  • Qui est impliqué dans le projet?

L’équipe complète du Stayokay Haarlem et spécialement nos apiculteurs Falco, Emiel, Ivan et  Lorenz, l’Association des Apiculteurs de Haarlem, ainsi que la Dutch butterfly Foundation.

  • D’où viennent les ruches? Les avez-vous construites/achetées?

Les ruches ont été faites à la main par un carpentier à la retraite, Gé, qui est le père du gérant de l’auberge. Elles ont été peintes avec de la peinture non toxique pour les abeilles et ne contiennent aucun produit chimique. Le carpentier a construit 9 ruches. Ells ont toutes un fond à l’épreuve des mites, deux chambres à incubation, une chambre pour le miel, une grille spéciale pour la Reine, ainsi qu’un couvercle.

  • Quelle(s) auberge(s) participe(nt) à ce projet? Planifiez-vous en impliquer davantage?

En ce moment, seule l’auberge Stayokay Haarlem est impliquée. Notre futur apiculteur, Lorenz, travaille aussi à  l’auberge Stayokay Vondelpark Amsterdam et, si possible, aimerait placer des ruches sur le toit de celle-ci.

  • Quels sont les retombées positives de BeeOkay?

Notre propre miel! Les papillons et abeilles ont joué un rôle important dans l’obtention d’un prix local en développement durable appelé “Groene Mug” (“Moustique Vert”), remis par la ville de Haarlem. Le prix vise à encourager les initiatives en développement durable. Gagner le prix a généré € 85.000 en valeur en presse écrite, et ce, seulement en l’espace d’un mois. Après avoir gagné ce prix, nous avons été invités dans plusieurs événements de développement durable à Haarlem et Amsterdam à présenter l’auberge ainsi que la façon dont nous opérons d’une façon respectueuse de l’environnement.

  • Avez-vous remarqué un changement dans la flore environnante depuis le début du projet?

Oui, la diversité des espèces de notre jardin a presque décuplé.

  • Quelle quantité de miel produisez-vous?

Luxembourg compressedCela dépend de la quantité de fleurs et de la température, qui diffèrent chaque année. L’an passé, nous avons récolté environ 30 kg par ruche. 2015 a été une année difficile, avec seulement 8 kilogrammes par ruche. Dans le parc derrière l’auberge, l’Association des Apiculteurs de Haarlem (Beekeepers Association Haarlem) a 10-20 ruches spécialement pour la formation en apiculture. Le miel récolté est vendu à l’auberge.

  • L’auberge a-t-elle d’autres projets de développement durable?

Nous accordons beaucoup d’importance à la responsabilité corporative. Stayokay Haarlem respecte l’environnement et la société. Voilà pourquoi Stayokay Haarlem fonctionne selon des principes écologiques. Les déchets sont triés, l’énergie est verte, les matériaux imprimés sont recyclables, la provenance de la viande est surveillée, le café servi est équitable. Plus important encore: Stayokay Haarlem a réussi une réduction de 98% de ses produits chimiques de nettoyage. Ce sont donc environ 250 gallons de produits chimiques en moins déversés dans le système d’égout. Stayokay Haarlem utilise des enzymes spéciaux pour le nettoyage.

De la part de la communauté internationale et des abeilles elles-mêmes: un mielleux merci!

Related Posts

Going Coastal

Is there anything better than being by the coast? No matter the time of year, whether you are being slapped in the face by small

Read More